inconnu #1
Il s'appelle Urs. Il habite à Wohlen dans le canton d'Argovie. Urs travaille à la poste de Wohlen. Il est conseiller de clientèle institutionnelle et ceci depuis près de six ans.
Aujourd’hui il a pris congé et il est venu à Zurich pour faire quelques achats mais surtout pour organiser la soirée d’anniversaire de son mariage qu’il prépare en surprise à sa femme. Dans un mois ils fêteront leurs noces d’étain (10 ans). Ils n’ont pas d’enfants.
Urs s’était marié une première fois très jeune à l’âge de 23 ans. Sa première femme, sa cadette de trois ans s’est tuée un an et demi plus tard dans un accident de moto.
En sortant du tram, Urs a rencontré un ami d’enfance. Ils ont discuté pendant dix bonnes minutes. Urs semblait heureux.

 

inconnu #2

Sarah est étudiante en histoire de l'art à l'université de Lausanne. Son rêve est d'aller vivre à Paris pour quelques années.
La dernière fois que Sarah a versé des larmes était pendant le concert de Bregovic "Karmen with a happy end" à Genève. Elle s'est souvenue d'une chose horrible qu'elle avait dite à son copain il y a deux ans la veille de leur séparation; ils venaient à peine de rentrer d'un autre concert de Bregovic et son "wedding and funeral band".
Son dernier fou rire était trois jours avant le concert de Karmen. Sa grand-mère atteinte de la maladie d'Alzheimer a pris le postier qui venait lui amener son courrier, pour son fils. Elle l'a fait rentrer et insisté pour qu'il déjeune avec elle. Il n'a pas osé refuser.

 

inconnu #3

Peter est arrivé en Suisse à l'âge de 2 ans. Originairement il vient de Tyssedal en Norvège. Son père y a fondé une scierie en 1938. Deux ans plus tard, Peter, sa mère et ses trois soeurs ont fui vers l'Angleterre à bord d'un bâtiment de la marine norvégienne quelques jours après l'attaque des forces allemandes. Quelques mois plus tard ils arrivèrent en Suisse, à Murten où ils avaient de la famille.
Peter ne parle pas le Norvégien. En revanche ses deux enfants le parlent couramment.
Peter aime la cuisine française, l'opéra baroque et les philosophes allemands. Il n'aime pas être dérangé lors de ses parties de pêche, il n'aime pas son banquier et ne supporte pas le langage des jeunes d'aujourd'hui.
Peter va retrouver sa fille qui l'invite aujourd'hui dans un bistrot français où ils servent des cuisses de grenouilles à la provençale.

 

inconnu #4

Il s'appelle Marc. Il est arrivé il y a treize ans en Suisse. Sa mère et sa tante ont quitté les Philippines pour venir travailler en Suisse. Au bout de cinq années sa mère est retournée le chercher. Marc habite à Höng-Zürich avec sa mère, son beau-père et ses deux demi frère et soeur. Il aurait voulu travailler dans la banque ou faire vétérinaire. Il a finalement décidé de devenir coiffeur. Il aime les cheveux et les gens.
Marc craque à chaque fois que son demi-frère de deux ans lui demande de lui couper les cheveux en suisse-allemand.

 

inconnu #5

Charlotte pense que le monde ne tourne pas rond. C'est justement en faisant le tour du monde qu'elle en a eu cette conviction. En effet, Charlotte a pris une année sabbatique pour découvrir tous ces pays qu'elle voyait dans les documentaires ou dans les livres.
A part les souvenirs, des récits déchirants et d'images terribles mais aussi une myriade d'anecdotes amusantes et des paysages à couper le souffle à jamais incrustés dans la rétine de ses yeux, Charlotte a ramené trois choses de son périple:
Une bague achetée dans un marché de Chiang Mai en Thaïlande. Une écharpe offerte par une femme avec laquelle elle s'était liée d'amitié et chez qui elle a fini par rester trois semaines à Mostar. Et la photo d'un petit garçon de six ans dont elle est en cours d'adoption et qu'elle retourne chercher à Bogota dans six mois.

inconnu #6

Bernard "la craie", c'est ainsi que ses élèves en classe de mathématiques dans un cycle de Fribourg le surnommaient car il sentait la craie déjà tôt le matin, à croire que même à la maison il écrivait sur un tableau noir. Aujourd'hui, Bernard ne pratique plus, comme il aime à le dire lui-même, les intégrales et les différentielles que pour se détendre. Il qualifie sa vie d'une courbe sinusoïdale d'une faible amplitude. Bernard perd ses parents à l'âge de 8 ans dans un accident de montgolfière. A 17 ans il tombe amoureux d'une espagnole venue en Suisse visiter de la famille. Un an après, ils étaient tous les deux dans un bateau espagnol en direction de Caracas. Ils étaient jeunes, pauvres et diablement amoureux et ils ont sillonné l'Amérique du Sud pendant trois ans. D'après les estimations de Bernard, ils ont fait l'amour dans plus de 270 lieux, villages ou villes différents, des hameaux qui n'avaient même pas de nom. Il se souvient de son rire mais plus de son visage. Il la vit pour la dernière fois en Octobre 1968.
Aujourd'hui Bernard se rend à l'hôpital cantonal de Fribourg pour son dernier don du sang. Dans quelques jours il aura 66 ans.